LA MARMOTTE : La légende du cyclosport

Publié le par eric-cyclo

Voici un monument du Cyclosport. Connue internationalement, la Marmotte accueille en général plus de 6000 participants chaque année, majoritairement des hollandais, mais aussi beaucoup d'italiens... et quelques français.

Le parcours est identique depuis quelques années maintenant, depuis l'abandon du tracé par la Croix de Fer, jugée trop dangereuse. C'est le glandon qui lui a été préféré. Puis vient le Télégraphe, Le Galibier et pour finir l'Alpe d'Huez.

Le Glandon est terrible, avec de nombreuses pentes à plus de 10 %, et une ascension longue de près de 2 heures. Les paysages sont à vous couper le souffle.

La descente est hyper technique dans sa première partie, très dangereuse, avec quelques voitures venant en sens inverse.

On arrive dans la vallée de la Maurienne, qu'on va suivre longtemps, très longtemps, mieux vaut être abrité dans un peloton et passer ce mauvais moment au chaud. Voiture, camion, vent de face, chaleur au menu... bref c'est pas la tranquillité des hautes altitudes.

La tranquillité, on l'a pas mieux dans la montée du Télégraphe, où les vacanciers allant prendre possession de leur logement à Valloire maudissent ces cyclistes qui prennent toute la route... pour eux, c'est un combat permanent, pour nous, c'est les vapeurs d'échappement... Le col proprement dit n'est pas très dur (du moins c'est le moins dur du circuit). Ce qui veut dire que souvent c'est ici qu'on va trop vite et on le regrettera plus tard ! (eh ! fais gaffe ! il est quand même raide le télégraphe !!!).

On arrive a Valloire, ravito pour ceux que ça chante, et partons pour le mythique Galibier.

On suit un vallon jusqu'à Plan lachat. Les bagnoles nous laissent enfin tranquille. Jusqu'à là la pente est correcte mais usante. Ensuite on change brusquement de direction après un ravito liquide et on change aussi de pourcentage, de braquet, et de vitesse.

C'est ensuite un long calvaire pour les moins costauds, ou une belle grimpée pour les plus chanceux, jusqu'au col, ou le dernier km est encore plus dur. En haut vue magnifique, fraîcheur et descente raide jusqu'au Lautaret.

Et de nouveau, c'est chiant, la route est dégueulasse, envahie de voitures, toujours le vent qui remonte de la vallée. on en profite pour prendre un peloton, s'alimenter.

Une ou deux rampes pour s'arracher les jambes et nous voilà dans la grande ligne droite menant au Bourg d'Oisans. La pression monte, ça ne rigole guère.

Enfin nous y voilà dans cette montée légendaire : l'Alpe d'huez. Bon je passe sur les (nombreuses) voitures, vous avez compris. Les rampes sont terribles et les virages assez plat font partis des rares moments de répits. Belle vue si vous avez la force de l'apprécier. Et enfin on arrive dans la station les forces reviennent pour beaucoup d'entre nous quand l'arrivée approche, un sprint et hop ! une marmotte de faite.

Le lieu d'accueil est pas très convivial mais efficace, la bouffe est insuffisante, tant en quantité qu'en qualité. Sport communication a de gros progrès à faire sur ce point (un gobelet de coca et basta !!!), vu le prix des inscriptions on peut s'attendre à mieux.

Mais bon, quand on vient faire la Marmotte, c'est pas pour le côté gastronomique ! et pour la convivialité, passez donc votre chemin, ici c'est quand même ambiance course avant tout.

Reste mon coup de gueule : Les abrutis qui jettent les papiers gras et autres tubes de gels sur la route et dans les fossés. C'est du jamais vu, il n'y a qu'a la Marmotte que l'on voit ça. Et je n'incrimine pas sport comm. qui de son côté fait tout son possible pour changer les mentalités. Mais là, il y a un gros malaise. Je m'étonne chaque année que la préfecture donne l'autorisation d'organiser cette cyclo. Jetez un oeil sur le bord de la route le lendemain de la cyclo et vous verrez... c'est dégueulasse, c'est lamentable. La solution je ne l'ai pas et je soutiens la charte "je roule propre" du Grand Trophée.


POINTS FORTS :

- cols légendaires,
- renommée internationale,
- parcours très difficile,
- un must pour un cyclo

POINTS FAIBLES :

- routes trop fréquentées,
- abrutis pollueurs, crasseux et sans gênes...
- prestation minimales (repas, cadeaux...)

NOTE D'ERIC : 2.5 / 5

En conclusion, la Marmotte est la cyclo qu'il faut avoir fait une fois dans sa "carrière" de cyclo. C'est l'une des plus dures, la plus mythique. Mais ses nombreuses portions de routes à grande circulation me dérangent.
De plus j'ai toujours mal accepté le traditionnel "coupon-boisson" dans les organisations de sport comm. Un goblet de coca après une marmotte, je regrette, mais ce n'est pas suffisant, on se fout de nous. Surtout que le prix d'inscription n'est pas des plus bas.
Enfin le cas des abrutis pollueurs. Ces cons me laisse dire que l'an prochain, je ne serais pas dans l'Oisans pour qu'on ne me désigne pas comme l'un des leurs...


cyclo faite en 1997, 2001 (abandon), 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 (abandon).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Calimero 05/08/2010 16:26


Bravo pour ton blog. Belle épreuve. RV en 2011