L'ARDECHOISE, LA MECQUE DU VELO

Publié le par eric-cyclo

Comment réussir à réunir 13 000 cyclos dans la joie et la bonne humeur ?

Comment parvenir à contenter tout ce monde sur 1, 2 ou 3 jours ?

Comment faire co-habiter cyclotouristes du dimanche, cyclotouristes chevronnés, cyclosportifs débutants et cyclosportifs confirmés, et même renommés ?

L'ARDECHOISE et ses centaines de bénévoles gagnent se formidable pari chaque année.

Chacun y trouve un plaisir extraordinaire. Que ce soit les parcours splendides, variés, pour tous les niveaux. Que ce soit pour l'accueil légendaire des gens du coin. Que ce soit pour la qualité (et la quantité !!!) des ravitos, solides et liquides.

Aussi la sécurité est exemplaire, avec les premiers et derniers km sans voitures, les secours postés en masse aux points dangereux.

Sur le plan cyclosportif, bien sur, les purs et durs se plaindront du nombre trop important des cyclotouristes, collés comme des abeilles sur un pot de miel aux ravitos de Mézhilac, Arcens ou Rochepaule. Mais c'est ça aussi l'ardechoise, c'est une école de respect. Il faut bien se dire que eux aussi se disent : "mais qu'est ce qu'il lui prend celui-là, ferait mieux de s'arrêter manger un bout de fromage..." Et c'est vrai qu'on perd 1 minute a dire "PARDON !!!" à Rochepaule. Mais on finit par passer, les pieds à terre bien souvent...

Mais en définitif, je remarque que finalement, l'énorme peloton reste assez fluide dans l'ensemble, et que les 2, 3 tracas finissent par s'estomper face à tous les bons moments passés sur les routes de l'Ardeche.

Mais revenons à l'évaluation de cette cyclosportive, car c'est bien de la cyclosportive ARDECHOISE soit le circuit 216 km, dont je suis un habitué (depuis 1996) qui m'intéresse.

Le circuit est bien entendu pour les grimpeurs, endurants, avec une succession de col plus usants que pentus.

Le col de Buisson, tout frais, n'est qu'une formalité, idem pour les Nonières (gare à l'excès de confiance !!!). Puis on arrive dans le vrai avec le col de Mezilhac, jamais bien dur mais plutôt long (plus ou moins une heure suivant votre niveau).

Ensuite, le col d'Aizac, court mais assez raide, le col de la Mouchère, court et pas très dur, Une descente très sinueuse et piègeuse sur Burzet et le plat de resistance de la cyclo : Le col de la Barricaude : magnifique montée en corniche, superbes vues (on peut apercevoir le Ventoux), Exposée au vent et à la chaleur. On la grimpe en 45 minutes environs pour un cyclo visant 7 h 30. Pour beaucoup se sera plus long, et les premières défaillances apparaissent ici. C'est bien souvent dans ce col que l'on voit si l'on a fait un départ correct ou trop rapide...

Au sommet on sent enfin de la fraîcheur, puis c'est un passage de plateau avec des petits coups de culs qui peuvent commencer à faire mal. Super ravito à Sagne et Goudoulet, puis on redescend au pied du col du Gerbier de Jonc, assez court lui aussi, mais assez raide également.

Enfin vient une descente, une vrai, ou on va pouvoir récupérer, s'alimenter, s'étirer. Attention aux efforts inutiles dans les 5 derniers km avant St Martin de Valamas, sur une portion de faux-plats descendant souvent avec le vent de face.

Puis vient la pénible remontée sur Ste Agrève, longue, interminable, moitié faux-plat montant pour user la machine, moitié montée à 4-5 % pour miner le moral, le tout sous un soleil de plomb ...

Mais le ravito à Ste Agreve permettra à ceux qui coincent de se refaire une santé. Les autres fonceront sur l'avant dernière difficulté, le col de Rochepaule, court et nerveux, s'il vous reste des forces ! Attention aux 3 dernières descentes, elles sont techniques, sinueuses, et il y a du monde !

Et pour finir le Col de Buisson et ses légendaires passages à 13-15 % sur 2 fois 300 m., qui vous arrachent les jambes et bien souvent, la machine ne peut plus se relancer après... Mais les orchestres, les applaudissements vous donnent le peu de force qui vous manque pour atteindre le sommet basculer sur l'arrivée.

Bref, c'est toute une question de gestion car dans les nombreuses difficultés, on a toujours l'impression de trop en garder pour finalement souvent se dire qu'on a trop donné...

Pour en revenir à l'évaluation de cette cyclo, on peut souligner la performance de l'organisation, parvenir à contenter 13000 cyclistes, avec grand professionnalisme, sans qu'on ait l'impression que ce soit l'usine. Bien sur le temps d'attente au départ, les quelques bouchons aux abords des ravitos feront grincer des dents les plus coursiers d'entre nous. Mais messieurs les coursiers et cyclosportifs purs et durs, je pense que pour un jour, on peut laisser notre esprit "compétition-arrogant" de côté et se laisser bercer par l'ambiance Ardechoise.

POINTS FORTS :
- Circuits variés,
- Beauté des paysages,
- Accueil des Ardechois,
- Organisation au top,
- Nombre de ravito solide et liquide,
- cohabitation touristes-sportifs exemplaire.

POINTS FAIBLES :
- effet de foule destabilisant (?),
- Prix d'inscription élevé,
- les ravioles, c'est bon, mais y'en a pas assez !!!

NOTE D'ERIC : 5/5


En conclusion,  je dirais que l'Ardechoise est une grande réussite, et que si on n'est pas effrayé par la foule, si on accepte de perdre quelques minutes à cause de celle-ci, bref si on s'immerge dans l'ambiance "superbe l'Ardechoise!!!" et bien on passera une journée inoubliable.

Cyclo faite depuis 1996, sauf 97 (volcanique) et 98 (tendinite...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier 23/01/2009 20:21

Salut Eric,

C'est pour moi mon objectif de chaque année... Rien à redire !!!

A+
Olivier